Katharina ANICE

PARIS LA DÉFENSE ARENA


Peux-tu nous parler de toi ?

Quel est ton périmètre d’activité et quelles sont tes principales missions ?

Au sein de ma Direction, j’interviens principalement sur l’ensemble du périmètre dit du « mode courant » en tant que fonction support afin de garantir la bonne gestion de nos différentes activités :

  • Sécurité incendie
  • Sûreté
  • Sécurité au travail
  • Technique

En mode dit « activité », c’est-à-dire depuis l’arrivée dans nos murs d’un client ou d’une production jusqu’à leur départ, j’accompagne opérationnellement :

  • L’Autorité en place, dans la mise en œuvre terrain des dispositifs de sécurité et de sûreté.
  • Les Event Manager, dans la mise en œuvre de leurs déroulés, pour tout ce qui à trait à la sécurité incendie et à la sécurité au travail,

Quel est ton parcours (formation, expériences significatives…)

Je pense pouvoir dire que c’est un parcours plutôt atypique, riche d’expériences diverses et complémentaires :

  • Une formation initiale en alternance, en comptabilité-gestion et en ressources humaines,
  • Un parcours de formation professionnelle en sécurité, bien sûr,
  • Une dizaine d’années d’expérience en tant que RH dans le secteur tertiaire,
  • Et aujourd’hui 3 ans en sécurité sûreté événementielle.

Peux-tu nous parler de ta vision concernant :

Les évolutions de notre secteur d’activité

Les évolutions sont de deux ordres :

Structurelles d’une part, car force est de constater que la démultiplication des risques de cette dernière décennie a forcé l’ensemble des acteurs du secteur à envisager de nouvelles réponses, notamment en matière de sûreté : Innovation technologiques, coproduction public-privé, expertises techniques, structuration de la branche…

Culturelles d’autre part, car les directions sécurité – sûreté doivent aujourd’hui poursuivre le processus de transformation amorcé au sein des entreprises en renforçant leur rôle de Business Partner et peser au sein des comités exécutifs.

Il est donc prioritaire pour nos Directions de pouvoir implémenter leur savoir-faire dès les phases de conception des stratégies d’entreprises.

Les opportunités qui s’ouvrent aux jeunes cadres dans le secteur de la sécurité globale et le rôle qu’ils auront à jouer

Il me semble important de rappeler que nos aînés continuent aujourd’hui de nous accompagner en construisant et en structurant les bases de ces « Directions 2.0 » que nous souhaitons promouvoir.

De même qu’il faut nous rappeler que la toute nouvelle génération qui arrive derrière nous sur le marché pourrait rapidement nous pousser vers la version « 3.0 ».

Ce qui me semble stimulant et rassurant à la fois.

A cela s’ajoute les opportunités et les challenge qui s’offrent à nous.

Dans le secteur de l’événementiel avec les JO en approche, mais aussi dans le conseil où il est devenu prioritaire d’accompagner les entreprises françaises et internationales dans leur gestion des risques devenus protéiformes, ou encore dans les équipes des spécialistes de l’intelligence artificielle qui nous permettront un peu plus de valoriser le savoir des acteurs de la sécurité en limitant le travail posté par exemple.

Peux-tu nous parler des outils & innovations que tu utilises au quotidien et dont tu ne pourrais plus te passer :

Des outils que tu utilises au quotidien ?

Ce n’est pas d’un outil métier dont je vais parler, mais de celui grâce auquel nous avons amorcé une gestion de projet maîtrisée au sein des équipes de PARIS LE DEFENSE ARENA. Utilisé par tous, WIMI (c’est son nom), nous permet une forte maîtrise de l’ensemble de nos projets événementiels, comme structurels.

  • Maîtrise de l’information,
  • Traçabilité des échanges,
  • Mise à jour partagées et à T0 de toute notre documentation,
  • Chat (A consulter continuellement au même titre que nos moyens de communication traditionnels)

Et encore de nombreux développement à venir.

Qui, quoi, comment et quand. Voici les principales questions qui trouvent réponse grâce à ce logiciel.

Des solutions innovantes que tu souhaiterais promouvoir :

On m’a récemment envoyé la documentation d’un système de grillage déroulable. Rien de particulièrement révolutionnaire en soit, à la seule exception que la manutention liée au barriérage des périmètres de sécurité de notre enceinte nécessite de nombreuses ressources.

Ce système, semi permanent, permettrait de supprimer le déplacement de certains types de barrières depuis une zone de stockage décentralisée, permettant un gain en Heures/Hommes relativement important rapporté à la saison. 

Il pourrait également permettre de réduire encore un peu plus l’un des risques existant en matière de croisement de flux engins/piétons sur nos événements. Tout comme celui du risque lié à la manutention.

Enfin, il pourrait répondre aux attentes imposées par notre environnement réglementaire concernant la protection et l’accessibilité de certaines zones réservées aux services de secours.

Peux-tu nous parler du CJCS ?

Comment as-tu découvert le CJCS ? Et pourquoi as-tu souhaité y adhérer

J’ai découvert le CJCS via ma manager chez SAMSIC. Elle m’a présenté les membres du CJCS… Et de fil en aiguille, nous avons partagé nos visions et nos motivations professionnelles.

Il m’a semblé clair qu’ensemble on pouvait participer à développer et porter le projet du CJCS dans un objectif commun. Et même si depuis un an mes projets professionnels m’en ont un peu éloigné, je continue de soutenir ce projet et cette nouvelle équipe qui le porte.

Quelles sont les sujets d’actualités que tu souhaiterais voir aborder par le CJCS au cours des prochains mois ?

J’y tiens depuis longtemps ! La sécurité événementielle évidement.

Quelles actions – quels axes de développements voudrais-tu que le CJCS porte au nom des jeunes cadres du secteur ?

Je pense que le CJCS doit rester un facilitateur.

Son rôle étant avant tout de créer du lien entre l’ensemble des acteurs (clients – fournisseurs / public-privé / nouvelle-ancienne génération…) afin de favoriser l’échange d’idées et la communication intergénérationnelle et intersectorielle. Je pense donc que les visites communes de sites pourraient être la prochaine étape à mettre en œuvre.

Quel est ton message aux membres du CJCS ?

Le CJCS est avant tout un lieu d’échange, de rencontre et de partage. J’y ai rencontré des personnes qui aujourd’hui m’ont accompagnées lorsque j’ai démarré dans ce secteur d’activité, et qui m’épaulent encore et toujours sur des questions d’ordre technique, organisationnel ou structurel.

Faire partie de l’association, c’est bénéficier d’un réseau professionnel et dynamique. 

2019-09-14T15:17:11+00:00