Emmanuel MAGNE

Emmanuel MAGNE

Sur&tis Région


Peux-tu nous parler de toi ?

Quel est ton périmètre d’activité et quelles sont tes principales missions ?

J’interviens dans le domaine du conseil en sûreté pour des collectivités, des bailleurs sociaux, des aménageurs ou des entreprises.

Je propose des accompagnements en matière de conseil stratégique, d’ingénierie et d’audit dans toutes les phases d’un projet.

Cette activité s’exerce partout en France.

Quel est ton parcours (formation, expériences significatives…) ?

Je dispose d’une formation en aménagement du territoire et en politique des collectivités territoriales. Après une première expérience dans le conseil, au sein du groupe Caisse des Dépôts, j’ai intégré la fonction publique territoriale pour diriger, pendant 12 ans, les dispositifs de vidéoprotection de la Ville de Lyon.

Depuis 2016, je suis retourné dans le domaine du conseil en qualité de directeur général de Sur&tis Régions.

Peux-tu nous parler de ta vision concernant :

Les évolutions de notre secteur d’activité

Ces évolutions sont multiples et varient d’un territoire à l’autre et d’un opérateur à l’autre mais, d’une manière générale, j’observe une demande grandissante des exploitants ou des maitres d’ouvrage qui considèrent de plus en plus la sûreté comme des facteurs clés de la réussite de leurs projets.

La prise en compte de ces problématiques n’est plus optionnelle comme c’était parfois le cas auparavant. Il y a une réelle prise de conscience de la nécessité d’intégrer la sécurité (et la sûreté) dans la conduite des projets.

Cette considération dépasse les obligations règlementaires et conditionne véritablement les fonctionnements et la pérennité des équipements ou des territoires.

Les opportunités qui s’ouvrent aux jeunes cadres dans le secteur de la sécurité globale et le rôle qu’ils auront à jouer

C’est justement dans le cadre d’une globalisation des risques et des menaces que les jeunes cadres peuvent apporter une valeur ajoutée.

Initialement, ces compétences étaient proposées par des profils expérimentés, les jeunes cadres peuvent apporter une vision plus élargie, différenciée et innovante, à la fois dans les méthodes, les diagnostics et les solutions proposées.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’opposer plusieurs écoles ou visions des problématiques mais de disposer d’un panel plus complet de compétences et d’approches.

A l’image de notre société, les attentes en matière de sûreté, de sécurité ou de tranquillité sont dynamiques, il convient donc d’adapter les réponses.

Peux-tu nous parler des outils & innovations que tu utilises au quotidien et dont tu ne pourrais plus te passer :

Des outils que tu utilises au quotidien ?

Je considère, dans mon domaine d’activité, qu’il n’y a pas véritablement « d’outil miracle » mais plutôt une approche qui consiste à se projeter sur l’équipement, le site ou le territoire pour identifier les problématiques et les solutions adaptées.

Les capacités à imaginer, à anticiper et à modéliser restent très personnelles et appartiennent à chacun.

Les outils informatiques permettent toutefois de visualiser différemment et d’assister le consultant mais à la différence d’un exploitant qui pourra s’appuyer sur des solutions d’aide à l’exploitation, le domaine du conseil s’appuie davantage sur l’expérience, l’expertise ou la sensibilité.

Peux-tu nous parler du CJCS ?

Comment as-tu découvert le CJCS ? Et pourquoi as-tu souhaité y adhérer ?

J’ai découvert le CJCS lors de la création de l’antenne lyonnaise, à l’occasion de la réunion de lancement.

J’ai de suite été séduit par l’approche, humble mais solide et prometteuse.

L’opportunité de promouvoir ce sujet auprès des jeunes cadres m’a plu tout autant que la perspective de rencontrer d’autres acteurs de la sécurité et de la sûreté dans un environnement où la convivialité ne s’oppose pas au sérieux et à la profondeur des échanges sur des sujets d’importance.

Quelles sont les sujets d’actualités que tu souhaiterais voir aborder par le CJCS au cours des prochains mois ?

Le sujet est vaste et il est sans doute difficile d’intéresser toutes les perceptions ou attentes mais j’imagine qu’une approche sur les opportunités de carrière pourrait intéresser certains de nos membres.

De la même manière, l’adaptation des réponses en matière de sécurité face aux phénomènes sociaux ou bien la prise en compte de l’efficience dans les politiques (stratégiques ou techniques) de sécurité sont des sujets que nous serons amenés à considérer avec davantage d’attention.

Quelles actions – quels axes de développements voudrais-tu que le CJCS porte au nom des jeunes cadres du secteur ?

Dans un domaine où l’expérience, le cursus professionnel ou le réseau revêtent une importance non négligeable, la promotion des compétences ou de l’employabilité des jeunes cadres pourrait être appréciable.

Quel est ton message aux membres du CJCS ?

Le CJCS est une formidable opportunité pour développer ses compétences, son réseau et ses qualités professionnelles.

J’encourage donc chacun à promouvoir le CJCS pour en faire un des acteurs incontournables du sujet et faire en sorte qu’aujourd’hui, les jeunes cadres de la sécurité deviennent les experts de demain.

J’invite donc tous les membres à aborder, échanger, proposer avec les autres participants à l’occasion des rencontres.

2019-02-03T11:36:18+00:00